Faire un don

Des nouvelles de l’ACDM au Québec

Extrait du Muscular Dystrophy Reporter, hiver 1973

Guy Lafleur, le joueur vedette des Canadiens de Montréal, a inauguré en novembre la campagne de souscription de l’Association canadienne de la dystrophie musculaire à la Place Ville Marie.

C’est un jeune garçon heureux, Robert Martin, enfant de l’année de l’Association, qui a reçu le chandail numéro 10 de son équipe favorite.

FRstorypic

La campagne, dont l’objectif est de $100,000, s’est poursuivie jusqu’au 15 novembre. C’est dans la soirée du 5 novembre qu’a eu lieu le fameux blitz de porte-à-porte qui rapporte chaque année un montant considérable.

Grâce à la participation d’un grand nombre de bénévoles (membres de l’Association, cadets de l’armée canadienne, pompiers, directeurs de succursales de la Banque Royale du Canada, étudiants du College MacDonald et d’autres écoles) le blitz couvrait cette année la province entière et les organisateurs ont pu compter sur la générosité du public. On peut également envoyer des contributions à l’Association canadienne de la dystrophie musculaire du Québec, C.P. 853, Montréal 101, Québec.

Près de 65 % de l’argent recueilli par l’Association est consacré à la recherche. Le reste est divisé entre les services aux patients, les campagnes, les frais administratifs et autres. De 1961 à 1973, l’Association canadienne de la dystrophie musculaire a investi $654,000 au Québec pour les programmes de recherche et les services aux patients.

Mais pourquoi consacrer tant d’argent à la dystrophie musculaire? Sait-on vraiment ce qu’est la dystrophie musculaire? Une maladie, bien sûr. Une maladie qui s’attaque aux muscles, ajouterez-vous. Mais, pour la plupart des gens, c’est là que s’arrête la connaissance de ce fléau. Bien peu savent que la dystrophie musculaire de Duchenne n’est qu’une des nombreuses formes de dystrophie musculaire, qu’elle s’attaque surtout aux enfants et plus particulièrement aux garçons. Et encore moins savent que la détérioration des tissus musculaires s’accompagne de faiblesse et conduit à l’invalidité complète du malade, sans toutefois affecter ses facultés intellectuelles.

Il ne faut pas beaucoup de temps pour comprendre le drame des familles dont les enfants sont atteints. Elles ont besoin d’un soutien moral tout autant que social et financier, le soutien de ceux qui connaissent déjà la dystrophie musculaire et de ceux qui la découvrent. En un mot, de votre soutien.

Tags:
Posted on:

Comments are closed.

WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann