Faire un don

Anesthésie et sédation pour les patients atteints de DMD

L’American College of Chest Physicians publiait en 2007, dans la revue Chest une déclaration de consensus sur la prise en charge et le suivi des patients atteints de DMD devant recevoir une anesthésie ou une sédation.

Grâce à l’amélioration des soins cardiaques et respiratoires, les personnes atteintes de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) vivent aujourd’hui plus longtemps que par le passé. L’allongement de leur espérance de vie fait en sorte qu’elles seront plus susceptibles de devoir subir un jour une intervention chirurgicale. Il est donc important de bien connaître les risques et les lignes directrices pour le soin de ces patients lors de l’intervention chirurgicale et après.

Résumé des recommandations :

  • Envisager l’usage d’anesthésiques intraveineux plutôt que gazeux.
  • Ne pas utiliser de relaxants musculaires dépolarisants tels que la succinylcholine car des réactions fatales pourraient survenir.
  • Avoir à disposition une unité de soins intensifs pour les soins postopératoires.
  • Fournir un soutien respiratoire en cours d’anesthésie ou de sédation, en utilisant l’une des diverses techniques disponibles.
  • Surveiller la saturation de l’oxygène dans le sang en utilisant un oxymètre pendant toute la durée de l’intervention.
  • Si possible, surveiller les niveaux de dioxyde de carbone dans le sang ou les poumons.
  • Envisager de faire passer le patient de l’intubation (tube inséré dans la trachée), utilisée en cours d’intervention, à la ventilation par pression positive non invasive tout de suite après l’intervention.
  • Faire preuve d’une grande prudence lors de l’administration d’oxygène d’appoint.
  • Utiliser la toux assistée manuellement et l’assistance à la toux par insufflation-exsufflation en traitement postopératoire pour libérer les sécrétions.
  • Obtenir une consultation en cardiologie et surveiller étroitement l’état cardiaque et l’état des fluides en phase postopératoire.
  • Utiliser des stratégies pour prévenir et traiter la constipation.
  • Envisager la décompression gastrique (stomacale) en utilisant une sonde nasogastrique.
  • Débuter l’alimentation par voie intraveineuse ou par sonde entérale (par l’estomac et les intestins) si l’alimentation par voie orale est retardée de plus de 24 à 48 heures en phase postopératoire.

Information fournie gracieusement par la Muscular Dystrophy Association Inc.

WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann