Les nerfs périphériques

On distingue trois types de nerfs périphériques : les nerfs moteurs, les nerfs sensoriels et les nerfs du système autonome. Certaines neuropathies touchent les trois types, d’autres seulement un ou deux.

3 Types de nerfs périphériques

  • Nerfs moteurs
  • Nerfs sensoriels
  • Nerfs du système autonome

Les nerfs moteurs transmettent les impulsions du cerveau et de la moelle épinière à tous les muscles du corps, ce qui permet le mouvement : marcher, attraper une balle ou bouger les doigts pour ramasser quelque chose. Les atteintes aux nerfs moteurs peuvent entraîner la faiblesse musculaire, des difficultés à marcher ou à bouger les bras, des crampes et des spasmes.

Les nerfs sensoriels transmettent en direction inverse, c’est-à-dire des muscles vers la moelle épinière et le cerveau. Ces nerfs informent l’organisme de son état interne aussi bien que de ce qui se passe dans l’environnement grâce à des capteurs qui permettent, par exemple, de percevoir qu’un objet est pointu, rugueux ou lisse, chaud ou froid, ou ou encore de savoir si une partie du corps est immobile ou en mouvement. Les atteintes aux nerfs sensoriels provoquent souvent des picotements, des engourdissements, des douleurs et une sensibilité extrême au toucher.

Les nerfs du système autonome contrôlent les fonctions involontaires ou semi-volontaires telles que le rythme cardiaque, la tension artérielle, la digestion et la sudation. Lorsque les nerfs du système autonome sont endommagés, le cœur peut battre soit plus vite, soit moins vite. La personne atteinte peut être étourdie lorsqu’elle se lève, avoir une sueur excessive ou même inexistante. De plus, les atteintes aux nerfs du système autonome peuvent entraîner des difficultés à avaler, des nausées, des vomissements, de la diarrhée ou de la constipation, des difficultés à uriner, une taille anormale des pupilles et des dysfonctions sexuelles.

X
WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann