Faire un don

Toussez! Le maintien de la santé respiratoire et les maladies neuromusculaires

cough assistIl peut être très frustrant d’avoir une toux persistante. Mais saviez-vous que la capacité de tousser vigoureusement est en fait une bonne chose? Beaucoup de personnes tiennent pour acquis le fait de pouvoir tousser et, généralement, la toux est vue comme un inconvénient. Mais lorsque vous avez une maladie neuromusculaire, tousser est l’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire pour améliorer votre qualité de vie et ralentir l’évolution des problèmes respiratoires, des infections et de la faiblesse.

Dans ces situations, conseiller à quelqu’un de tousser peut sembler simpliste, mais ce n’est absolument pas le cas. Pourquoi? Parce qu’à mesure que la maladie progresse et que les muscles s’affaiblissent, la capacité de tousser s’affaiblit elle aussi. Et une toux trop faible entraîne une foule d’autres problèmes, depuis la réduction de la capacité pulmonaire à l’accroissement des risques d’infection.

« Une toux non efficace entraînera une accumulation de mucus et de corps étrangers dans les poumons », souligne l’inhalothérapeute Joe Foote, « ce qui diminue leur efficacité puisque moins d’air y pénètre, réduisant d’autant l’échange gazeux. »

M. Foote, l’un des conférenciers invités à la conférence Je prends ma vie en main l’an dernier, est propriétaire de Quality Respiratory Care à Frederiction, NB, une entreprise qui fournit des appareils destinés à améliorer la capacité pulmonaire, notamment la capacité de tousser.

Selon M. Foote, quatre facteurs sont importants en ce qui concerne la faiblesse neuromusculaire et les problèmes respiratoires :

  • maintenir une toux efficace;
  • garder les voies respiratoires et les sacs alvéolaires bien ouverts;
  • déplacer assez d’air dans les poumons, tant à l’inspiration qu’à l’expiration;
  • minimiser le risque d’infection pulmonaire.

Pour ce faire, vous devez d’abord vous familiariser avec les thérapies et les choix qui vous sont disponibles en tant que patient/client et comprendre l’importance des interventions précoces.

M. Foote a insisté sur l’extrême importance d’un suivi respiratoire précoce. Voici pourquoi : « Lorsque des symptômes respiratoires commencent à se manifester, vous avez déjà perdu jusqu’à 50 % de votre capacité respiratoire! »

Il est donc essentiel :

  • de passer un examen précoce des poumons (c’est-à-dire avant que les problèmes respiratoires ne se manifestent!);
  • d’établir un calendrier d’examens réguliers (c’est-à-dire tous les six mois);
  • d’obtenir l’avis d’un expert sur le moment approprié pour commencer certaines thérapies.

Vous avez déjà remarqué des symptômes? Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire aux premiers stades d’une toux affaiblie. Vous pouvez :

  • utiliser la technique de toux assistée;
  • demander à votre préposé de vous aider à tousser;
  • utiliser la technique d’emmagasinage d’air avec un appareil à cette fin;
  • ou, dans les cas plus avancés, utiliser un appareil mécanique tel que le Cough AssistMD.

Vous trouverez plus d’information et des diagrammes détaillés sur ces options aux pages 10 à 16 de notre Guide des soins respiratoires pour les personnes qui ont une maladie neuromusculaire.

En terminant, M. Foote dit qu’il est important de commencer tôt à élaborer avec votre équipe soignante un plan respiratoire qui vous convient. Faites connaître très tôt ce que vous désirez, explorez les différents appareils disponibles et choisissez ce qui fonctionne pour vous en ce moment ainsi que ce qui répondra à vos besoins futurs.

Tags:
Posted on:

Comments are closed.

WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann